Il y a quelque jours, on m’a envoyé un article intitulé Pourquoi les filles ne doivent pas jouer à la poupée.

Allez le lire, je vous attends ici.

Ou pour les paresseux, voilà ma partie préférée, sur une étude menée en Espagne :

Des participants se voient poser l’énigme suivante: un père et son fils ont un accident de voiture. Le père décède. L’enfant est aussitôt conduit à l’hôpital. Sur la table d’opération, l’urgentiste refuse d’opérer car il s’agit de son fils. Comment expliquer cela ?

Parmi les réponses données, citons: “Il s’agit d’un couple d’homosexuels”, “le père n’était pas vraiment mort”, ou encore “l’enfant était adopté et le chirurgien est son père biologique”. Aucun des participants n’a songé à la réponse évidente, à savoir qu’il s’agissait de la mère.

Ouch.

Aujourd’hui, je suis aussi tombé sur un épisode de la newsletter Sketchplanations (que je reçois chaque semaine) qui traitait du même sujet : les associations automatiques, soit les biais inconscients qui influencent nos attitudes, notamment dans les contextes liés au genre.

The Implicit Associations Test
Jono Hey - sketchplanations.com

Pour comprendre, le plus simple c’est d’essayer.

Attention :

  • Le test en entier vous prendra une dizaines de minutes
  • Lisez-bien les instructions (c’est important)
  • À la page “Prenez un test”, choisissez “Genre” (vous pourrez essayer les autres plus tard)
  • Suivez les inscructions jusqu’à la fin du test pour connaître l’intensité de vos associations automatiques !

Pour moi, mes données suggèrent une forte association automatique entre Masculin et Science et Féminin et Lettres.

Mon résultat au TAI

Je suis pas très fier du résultat, mais j’ai trouvé le test vraiment génial (et vous recommande de le partager si vous l’avez aimé aussi !)

La seule chose qui manque, pour moi, c’est des éléments de réponse à une simple question :

Qu’est-ce que je peux faire pour réduire ce biais ?