Il y a quelques mois, j’ai hésité entre Github et Gitlab pour héberger mes projets open source.

Je me suis informé sur leurs différences, et un détail m’a sauté aux yeux :

Malgré qu’elle soit le coeur incontesté de la communauté open source (hébergeant par exemple le kernel Linux ou Jekyll), la plateforme de Github elle-même n’est pas open source. Faites ce que je dis, pas ce que je fais.

À l’inverse, Gitlab est open source et disponible sur Gitlab sous licence MIT.

Avec pour couronner le tout l’annonce en juin 2018 du rachat de Github par Microsoft, ma décision était prise. J’ai choisi Gitlab, et mes projets y ont été hébergés ces derniers mois.

Jusqu’à hier.

Hier, je me suis rendu compte que je passais en fait beaucoup plus de temps sur Github que sur Gitlab, malgré que mes projets ne s’y trouvent pas.

Pourquoi ?

Parce que c’est sur Github que je découvre des nouveaux projets open source, que je peux suivre leur développement ou contribuer en créant des issues ou pull requests.

C’est sur Github que la communauté open source se retrouve pour développer, contribuer et partager.

Et dans la philosophie open source, c’est justement l’aspect communautaire qui m’inspire le plus. Beaucoup plus que les détails de la licence de mon hébergeur Git.

Je veux encourager d’autres développeurs à s’inspirer de mon code, le copier, le modifier, le partager, y contribuer. Et pour ça, la solution naturelle est de l’héberger sur une plateforme qui rassemble plus de 30 millions d’utilisateurs.

Depuis hier, mes projets sont sur Github.